SoutienQuebecoisJEmbarque728x90-banPolymere

Le chef de file québécois dans la fabrication de serres commerciales, Les Industries Harnois, entreprend une conversion des pièces métalliques vers les matériaux polymères

Par François Couture, collaboration spéciale

Le plus important manufacturier québécois de serres, Les Industries Harnois, a entrepris, il y a deux ans, de convertir en matériaux plastiques et composites plusieurs composantes de la structure de son modèle-phare Vermax, qui étaient fabriquées traditionnellement entièrement en métal. Alliance Polymères Québec (APQ) a été impliquée dès le début de la démarche pour accompagner l’entreprise afin de la mettre en relation avec ses membres qui sauraient le mieux répondre aux nombreux besoins.

Avec plus de 20 000 projets locaux et internationaux à son actif, Les Industries Harnois inc. a fait beaucoup de chemin depuis sa fondation en 1965. Or, au début de l’année 2020, tout juste avant la pandémie, l’entreprise a décidé de faire de l’un de ses produits-phares, la serre Vermax, une véritable serre du futur. « La première mouture de la Vermax datait de 1987 et n’avait pas vraiment bénéficié d’avancées technologiques majeures depuis », raconte Patrice Harnois, président et directeur général d’Industries Harnois.

« Mais les besoins des clients ont évolué, leurs préoccupations aussi, alors on a décidé d’emboîter le pas à cette nouvelle demande et d’aller de l’avant avec une refonte de la serre. On s’est demandé comment on pourrait créer une Vermax 2.0 concurrentielle avec ce qui se fait de mieux sur la planète du point de vue technologique, mais aussi plus écoénergétique, verte, durable et parfaitement adaptée au climat du Québec. »

Patrice-Harnois
M. Patrice Harnois

Patrice Harnois et son équipe se sont d’abord mis à l’écoute des producteurs serricoles, qui leur ont fait part des coûts d’exploitation énergétiques de plus en plus élevés ainsi que de problèmes de pertes de chaleur, d’étanchéité et de rouille. En outre, alors que plusieurs vantent les mérites des serres hollandaises, une référence en la matière, Patrice Harnois tient à préciser ce qui suit :

« Oui, il se fait de bonnes serres là-bas, mais elles sont conçues pour des climats tempérés. Au Québec, nous avons des écarts de température plutôt extrêmes, avec des périodes de grands froids en hiver et de grosses chaleurs en été. Il fallait donc trouver de nouvelles solutions adaptées à notre climat ».

Après de nombreuses démarches et recherches sur les matériaux disponibles, l’équipe d’Industries Harnois en est arrivée à la conclusion que les matières plastiques et composites constituent une excellente alternative à l’acier, notamment dans la fabrication des moulures joignant les panneaux de verre de la serre. Toutefois, pour se lancer dans l’adoption de ces nouveaux matériaux, il fallait trouver les bons partenaires et fournisseurs au Québec.

C’est à ce moment que Patrice Harnois a eu l’idée de faire appel à l’expertise d’Alliance Polymères Québec, une idée qui a fait toute la différence selon lui :

« L’apport exceptionnel d’APQ a été d’asseoir en face de nous des gens qui pouvaient nous aiguiller, qui nous disait si on rêvait en couleur ou si nos idées étaient réalistes : en un mot, qui nous mettait sur la bonne track, sans qu’on perde du temps précieux. Les entreprises qu’APQ nous a suggérées ne faisaient pas partie de notre jardin de fournisseurs et on le sait, en affaires, la qualité d’un réseau peut faire la différence entre un échec et un succès. Ce n’est pas assez d’avoir une bonne idée : il faut travailler avec les bonnes personnes pour la concrétiser ».

« En affaires, la qualité d’un réseau peut faire la différence entre un échec et un succès. »

C’est ainsi qu’APQ a proposé à Patrice Harnois de discuter avec l’entreprise Versaprofiles pour le développement et la fabrication par coextrusion de moulures spécifiques exigeant un profilé de précision avec multicavités.

« Je ne savais pas qui était le king au Québec dans ce domaine et APQ m’a mis en contact avec Versaprofiles. Au fil de nos discussions, j’ai aussi appris que pour les moulures extérieures, on élimine tous les ponts thermiques grâce aux matériaux polymères, car le métal conduit la chaleur ou le froid de l’extérieur vers l’intérieur de la serre, mais pas le PVC! On parle d’un rendement énergétique cent fois supérieur au métal! On passe d’un matériau super conducteur à un autre super isolant. Ainsi, ce meilleur rendement écoénergétique réduit la facture d’électricité pour les clients. On s’est dit qu’il y avait une belle avenue là ».

C’est ainsi que les Industries Harnois, de concert avec Versaprofiles, a pu développer toute une ligne de moulures innovatrice en polymères et très performante d’un point de vue énergétique. Sans compter que ces matériaux ont une durée de vie plus grande que celle du métal puisqu’ils résistent à la corrosion et aux vapeurs des produits chimiques utilisés dans les serres, ce qui en fait aussi un choix pertinent en matière de développement durable, comme le souligne Patrice Harnois.

« Cette nouvelle serre Vermax sera pratiquement indestructible. Avec un minimum d’entretien, nos clients vont avoir la paix d’esprit pendant des dizaines d’années. »

Les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là pour les futurs acheteurs de la nouvelle serre Vermax, puisqu’ils pourraient éventuellement bénéficier de subventions gouvernementales grâce à cette nouvelle version. Un dossier à suivre.

Soulignons en terminant que le premier projet des nouvelles serres Vermax verra le jour cet automne à la ferme écologique Petit Brûlé de Rigaud, qui s’est d’ailleurs donné pour mission d’être certifiée carboneutre. Un beau projet d’avant-garde en développement durable pour le Québec.

Patrice Harnois conclut :

« Dans cette aventure, on s’est rendu compte de l’importance du savoir-faire de chaque sous-traitant. Vous savez, il existe de nombreuses façons de mouler du PVC. Chaque fabricant possède sa propre recette, sa propre matière première, etc., de là l’importance d’avoir un bon partenaire dans l’industrie, expérimenté et compétent, qui peut nous indiquer le bon fournisseur ainsi que la bonne voie à suivre pour atteindre nos objectifs. D’ailleurs, jamais nous n’aurions pensé traiter nos moulures avec du graphène afin de leur procurer une résistance accrue aux rayons UV. Ce n’est que l’un des autres nombreux avantages d’avoir fait appel à Alliance Polymères Québec, qui nous a aussi mis en relation avec NanoXplore pour ce besoin ».

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page